fr

Gerhard Oppitz est un pianiste qui s’inscrit dans la tradition des titans du piano « allemand » du XXe siècle – un Wilhelm Kempff, un Claudio Arrau ou un Wilhelm Backhaus.

« La clarté irrésistible d’Oppitz est plus importante que l’accumulation de moments de succès virtuoses » (Hamburger Abendblatt). Die Welt a écrit que son jeu de Brahms était « d’une clarté ravissante », le Süddeutsche Zeitung a écrit (à propos d’un concert à Munich en avril 2018) : « Une manière classique et merveilleuse de jouer Beethoven. »

Sa carrière internationale prend son envol en 1977 lorsqu’il devient le premier Allemand à remporter le très convoité concours Arthur Rubinstein de Tel Aviv. Le nonagénaire Rubinstein lui-même a fait partie du jury. S’ensuivent des tournées de concerts en Europe, au Japon et aux États-Unis. En 1978, Oppitz a enregistré le premier de ses nombreux disques ; sa discographie compte aujourd’hui 78 CD. En 1981, Oppitz s’est vu offrir un poste de professeur à la Musikhochschule de Munich, qu’il a occupé jusqu’en 2012.

Au cours de sa vie artistique, Gerhard Oppitz s’est produit à plusieurs reprises avec des chefs d’orchestre légendaires – avec Carlo Maria Giulini, Eugen Jochum, Wolfgang Sawallisch, Charles Dutoit, Dimitri Kitaenko, Herbert Blomstedt, Marek Janowski, Sir Colin Davis, Sir Neville Marriner, Paavo Järvi, Lorin Maazel, Zubin Mehta et Riccardo Muti. Des enregistrements CD et vidéo documentent ces collaborations.

Oppitz a joué à plusieurs reprises des cycles complets d’œuvres en concert – le « Clavier bien tempéré » de Bach, les sonates de Beethoven, Schubert et Mozart, et surtout les œuvres pour piano de Johannes Brahms. Il a interprété le cycle complet de Brahms plus de trente fois en Europe, aux États-Unis et au Japon. Au festival de musique de Rheingau, il a interprété toutes les œuvres pour soliste de Schubert dans onze programmes complets. Son enregistrement de l’intégrale des œuvres pour piano de Brahms en 1990 a été suivi en 1993 par un enregistrement des deux concertos pour piano de Brahms avec Sir Colin Davis, ainsi que par une série de sept CD consacrés aux compositions pour piano d’Edvard Grieg à l’occasion de son 150e anniversaire. Ses enregistrements de 1995 et 1996 des concertos pour piano de Beethoven avec l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig sous la direction de Marek Janowski, sont exemplaires. L’enregistrement par Oppitz de l’intégrale des œuvres pour piano et orchestre de Carl Maria von Weber, également avec l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise sous la direction de Sir Colin Davis, est sorti en 1997. Plus récemment, toutes les sonates de Beethoven et toutes les sonates de Schubert ont été publiées, ainsi qu’un CD de musique japonaise pour piano. Après la parution de toutes les œuvres pour piano et orchestre de Schumann avec l’Orchestre symphonique de Bamberg sous la direction de Marc Andreae, un enregistrement des œuvres solos de Schumann est actuellement en cours.

En 2009, Gerhard Oppitz a reçu le prix Brahms de la Société Brahms du Schleswig Holstein, qui avait été attribué auparavant à Leonard Bernstein et à Lord Yehudi Menuhin. Depuis 2014, il est titulaire de l’Ordre bavarois de Maximilien pour la science et l’art, la plus haute distinction de l’État libre de Bavière, dont Johannes Brahms a été honoré en 1873.